Intermodalité âne + vélo dans les Monts Fan. Page consacrée au vélo qui m'a supportée pendant ce voyage et les suivants. Mon gabarit m'a conduite à opter pour un vélo sur mesure, qui aurait pu venir de chez Vagabonde, mais après les déboires que je vous raconte ci-dessous (SAV très décevant, je dirais même franchement pas correct, après erreurs de 17 et 24 mm sur 2 cotes), finalement c'est un vélo Cattin, mon deuxième vélo Cattin, quel luxe !

Si vous avez une remarque, un avis, une question à ce sujet, la fonction "Commentaire" n'est pas prévue en bas des pages de la présente rubrique, mais vous pouvez participer là :

> Préparation de la monture.

Dans les pages > Accessoires vélo, et > Equipement domestique, vous trouverez des précisions sur le reste de mon équipement, pour rouler, ou pour bivouaquer, me ravitailler, m'habiller...


Bojan Zulfikarpasic quartet & Kudsi Ergüner : "Beyond the frame", album Yopla

Petit problème de taille

Pourquoi j'ai fini par acheter un vélo sur mesure Je suis d'un gabarit "non standard" (petite taille). Après quelques bricolages (changements de selle, potence, cintre,...), le vélociste chez qui j'avais acheté mes 2 derniers vélos route et VTT avait fini par me conseiller de passer au sur-mesure, car les cadres de série sont trop longs pour moi. Il m'a donné les coordonnées d'un artisan local. Et depuis, j'ai un vélo sur lequel je peux rouler des journées entières sans maltraiter nuque, épaules ou genoux. Et j'ai tellement apprécié que j'en ai même 2 maintenant.

Vélo sur mesure n° 1

Le premier, sorti de l'atelier de Daniel Cattin à Crolles en 2003, est une randonneuse assez polyvalente. J'en suis très contente : position ergonomique, appuis bien répartis, bon compromis rigidité/confort et stabilité/maniabilité, peu de maintenance et elle est faisable avec peu d'outils. Devinez lequel des 2 est mon vélo sur mesure ;-)

Passage de gué difficile suite à un éboulement : les vélos, puis les sacoches... Mais au fil des ans, ma pratique a évolué vers des escapades sur des chemins plus chaotiques et lointains.

Alors, l'année où ma vieille voiture est morte et où j'ai décidé de ne pas en racheter, je me suis offert mon deuxième vélo sur mesure, un peu plus typé VTT, pour pouvoir chausser des pneus plus larges, et pour monter un Rohloff sur un cadre prévu à cet effet.

J'ai initialement commandé ce deuxième vélo chez Vagabonde Cycles, près de Valence, car j'avais appris que Daniel Cattin allait prendre sa retraite.

Vélo sur mesure n° 2.0 : bugg... Sur une piste de Svanétie

Hélas, j'ai eu une mauvaise surprise à la livraison de ce vélo Vagabonde : "toe overlap". Ma roue avant butait sur le bout de mes pieds dans les virages serrés.

Lors de mon tout premier voyage avec ce vélo en 2011 (je partais dans le Caucase le lendemain de la livraison), j'ai fait 2 chutes dès ma première semaine sur des pistes de montagne à cause de ça, dont une où je me suis fait peur — et accessoirement, un peu mal à une cuisse...

Cyclistes de petite taille, attention !

Origine de cette erreur : dans l'atelier Vagabonde, le bâti de test, sur lequel on fait normalement pédaler le cyclo-client pour optimiser les cotes du futur vélo, ne pouvait pas se régler assez bas pour moi : je ne pouvais pas pédaler sans me déhancher. Faute de pouvoir procéder à ce test le jour de l'étude posturale, j'ai proposé à l'artisan de se conformer aux cotes de position de mon premier vélo sur mesure, qui me convient parfaitement. J'étais justement venue avec ce vélo et une photocopie de la fiche manuscrite de Daniel Cattin, avec croquis et cotes de position. L'artisan a examiné le vélo, et a accepté.

Réparation d'une crevaison, avec l'aide de la police géorgienne Le nouveau vélo avait la même cote de position en longueur selle-cintre, mais un cadre plus court et une potence plus longue (±17mm), d'où le toe overlap. Quand je suis retournée à l'atelier, bien embêtée, pour en discuter, l'artisan a commencé par s'étonner : "Ce n'est pas possible, j'ai tout vérifié." Tout, sûrement pas, puisque ça touchait !

Adapter la monture au cycliste, ou le cycliste à la monture ?

Une erreur est toujours possible, ça arrive même aux meilleurs (je suis bien placée pour le savoir ;-) ), et je ne vous en aurais même pas parlé si le problème avait été résolu dans la foulée. Mais à mon grand étonnement, voici ce que l'artisan m'a d'abord proposé pour éliminer le toe overlap :

Drahtesel, l'âne de fer

  • serrer davantage le garde-boue contre la roue avant. J'ai eu à peine le temps de lui dire que mon pied touchait le pneu, il l'a fait, et bien sûr mon pied touchait toujours le pneu.
  • Déplacer mes cales sous mes chaussures, car elles étaient "trop reculées". Mais je roulais confortablement avec ce réglage depuis des milliers de km ! Mon recul de cales, soigneusement ajusté en 2003 sur le bâti de test de Daniel Cattin, n'est pas "trop grand", il est plus grand que la moyenne à cause de ma forme de pied (pieds larges : je dois généralement prendre 1 bonne pointure de plus que ce qui correspondrait à ma longueur de pied).
  • Mettre des manivelles plus courtes. Pourquoi pas, sauf que ça ne correspond pas bien à mon style de pédalage et à ma pratique. J'avais expliqué pourquoi : pour une force donnée (la mienne), raccourcir les manivelles réduit le couple moteur, et cela me gêne pour passer les raidillons avec mon vélo chargé.

J'étais perplexe :-/ mais l'artisan insistait pour raccourcir les manivelles en me disant que ce serait mieux, et ne proposait rien d'autre. Alors j'ai testé les mesurettes proposées, sans enthousiasme.

Bulunkul. Petits et grands enfants peuvent jouer avec les quelques vélos du village. Avancer mes cales n'était pas bon pour mes tendons, "solution" éliminée sans surprise après 2 demi-journées de rando. Vagabonde a remplacé mon pédalier à manivelles 165 mm par du 160 : ça n'a pas suffi à supprimer le "toe overlap". Et je ne voulais pas raccourcir davantage les manivelles : non seulement cela réduisait le couple moteur, mais cela m'aurait obligée à remonter encore plus la selle pour conserver ma position de pédalage. Or j'étais déjà un peu trop haut au-dessus du sol.

Je suis donc retournée chez Vagabonde pour faire remettre les manivelles 165, après lui avoir expliqué ce qui précède par courriel. Surprise : l'artisan m'a demandé de repayer un pédalier, comme si ce changement de manivelles avait été un caprice de ma part. :-( Je n'ai pas refusé, mais je me suis fâchée :-O parce que c'est lui qui avait insisté pour que je teste des manivelles plus courtes, sans me dire que ça allait me faire remonter ma selle. Alors cette fois, j'ai insisté pour qu'il me débarrasse du "toe overlap" sans toucher à ma position ni à mes cales, ni aux manivelles.

Vélo n° 2.1 : nouvelle fourche. Sur mesure, mais laquelle ?

Un gamin kyrgyze tout fier d'essayer mon vélo L'artisan a alors proposé de faire une nouvelle fourche, mais il était contrarié au point de refuser de répondre précisément à mes questions pourtant simples sur ce qui allait changer entre les 2 fourches : stabilité de la direction, ou autre modification ? L'artisan s'est contenté de me dire qu'il connaissait bien le sujet et ne ferait évidemment pas n'importe quoi. Certes, mais c'est vague.

Petite parenthèse : lors de cette discussion assez tendue précédant le changement de fourche, comme je craignais que la nécessaire augmentation du déport (17 mm) oblige à trop réduire la chasse au sol, j'avais évoqué l'option de refaire le cadre. L'artisan m'avait immédiatement répondu qu'il n'en était pas question : il considérait que ma commande avait validé le plan initial. Autrement dit, ce serait à moi, sans expérience de conception de cadre et sans logiciel de dessin, de détecter à la simple vue du plan un défaut qui avait échappé au cadreur professionnel ??? C'est un peu fort de café, ça !!! Un autre truc pour supprimer le toe overlap

Un mois après ce rendez-vous SAV orageux, j'ai reçu un message m'annonçant que le vélo avec sa nouvelle fourche était prêt, mais sans la moindre information sur les cotes modifiées. L'artisan m'a envoyé bien plus tard un courriel dans lequel il m'explique qu'il avait préféré ne pas m'envoyer le plan modifié parce qu'il pensait que je ne validerai pas cette solution, pourtant parfaitement satisfaisante, selon lui. Curieuse façon de faire pour une commande sur mesure !!!

Un bugg peut en cacher un autre

Avec la nouvelle fourche, le toe overlap était bien sûr éliminé. La chasse au sol était réduite de 14 mm (elle était devenue plus courte de 7 mm que celle de ma randonneuse "routière") : pas génial pour un vélo destiné à rouler chargé sur pistes non asphaltées, mais bon, rien de catastrophique, je pouvais m'y habituer.

Mais pourquoi se laisser décourager par quelques cm de trop ? Par contre, ce qui me gênait vraiment, c'est que le vélo Vagabonde était trop haut au-dessus du sol : par rapport au vélo Cattin, boîtier de pédalier 24 mm plus haut (22 mm avant changement de fourche).

Si je réglais la selle de sorte à avoir ma position habituelle pour pédaler, les arrêts/redémarrages nécessitaient que je quitte ma selle pour toucher terre avec un pied : c'est désagréable avec un vélo chargé, en ville ou en côte sur une piste gravillonneuse. Et si je baissais la selle pour toucher le sol avec la pointe d'un pied, ma distance selle-pédales était trop courte, c'était moins ergonomique.

Alors, dépitée et découragée, j'ai fini par abandonner ce vélo Vagabonde dans ma cave.

Déstockage du cadre Vagabonde et derniers rebondissements

Après cette malheureuse affaire, j'ai reconstitué ma cagnotte, et début 2015 j'ai commandé un second deuxième vélo chez Cattin. A mon retour en 2016, j'ai revendu le cadre Vagabonde d'occasion au prix d'un cadre standard. Bonne affaire pour l'acheteur (une cyclote strasbourgeoise un peu plus grande que moi), mais pas pour moi, évidemment. Ombres et lumières du Pamir. Arrivée à Karakul en fin d'après-midi.

Je remercie au passage Julien de Cyclo-Randonnée : les petites annonces de son site sont lues par un public bien ciblé, et j'apprécie sa boutique en ligne, avec plein d'infos utiles dans les descriptifs des produits.

A cette occasion, j'ai été contactée par un cyclo-voyageur intrigué par mon annonce. Il m'a signalé qu'on trouvait dans un forum spécialisé des messages de l'artisan de Vagabonde, datant de plusieurs mois avant ma commande et mon litige, et expliquant très précisément pourquoi, quand on construit un cadre sur mesure, il faut d'abord choisir la longueur de manivelle puis dessiner le cadre, en partant de la hauteur pédale/sol. Et non pas dessiner un cadre puis modifier la longueur de manivelles, car cela ne permet pas d'optimiser la position du cycliste.

Autrement dit, avoir commencé par me proposer une solution inadaptée pour supprimer le toe overlap (raccourcir les manivelles) n'était pas une simple erreur de jeunesse, mais une faute commise en connaissance de cause. Et ça, pour moi, c'est très différent. En voyant ça, j'ai piqué une grosse colère, et j'ai rédigé et publié cette page. Après un vif échange par forum interposé (l'artisan est allé jusqu'à nier qu'il puisse y avoir plus de 20 mm de trop en hauteur), j'ai reçu le plan du vélo Vagabonde modifié. Cela m'a permis de bien comprendre d'où venaient ces 24 mm de trop en hauteur de pédalier :

  • + 12 mm à cause des pneus plus dodus pour rouler hors routes. Pourtant, ce changement de pneus était très clairement inscrit dans le cahier des charges dès le début.
  • +10 mm à cause du "BB drop" : l'axe du pédalier était 50 mm plus bas que celui des roues sur le vélo Vagabonde, au lieu de 60 mm sur le vélo Cattin. Pourtant, Vagabonde ne m'avait jamais proposé explicitement de diminuer le BB drop, et juste avant le changement de fourche, il m'avait demandé de vérifier et valider plusieurs cotes mais, curieusement, pas le BB drop.
  • + 2 mm à cause de l'allongement de la fourche. La fourche elle-même était 10 mm plus longue, mais l'angle avec le tube de direction avait été modifié aussi.

Par malchance pour moi, Vagabonde n'avait pas inscrit le diamètre de pneus sur son plan, et D.Cattin n'avait pas inscrit le BB drop sur son croquis : je n'avais donc pas vu sur plans qu'il y aurait un tel écart. Et je ne me suis pas méfiée : cahier des charges bien détaillé, premier vélo "modèle" qui avait fait ses preuves, artisan inspirant confiance... :-/

SAV Vagabonde en cas de litige ? J'ai fait part de ces observations à Vagabonde par courrier : pas de réponse. Il a pourtant reçu ma lettre (mais l'a-t-il lue ? ), et ne s'est par ailleurs pas privé de réagir de façon virulente quand j'ai fait allusion à mes déboires sur divers forums ; il affirme qu'il a "parfaitement résolu le problème". Hélas les faits sont têtus...


Cadre n° 3, mon deuxième vélo Cattin

Prêt pour le remontage ! Fabien Bonnet a pris la relève de Daniel Cattin, et s'est installé à Poisat, dans l'agglomération de Grenoble. C'est sous l'œil attentif du maître, tout jeune retraité, que Fabien a vérifié mon étude posturale, a dessiné et assemblé mon cadre, puis y a remonté tout l'équipement du Vagabonde. Ce vélo me va très bien, et les bouts de mes pieds touchent le sol mais pas la roue. :-)

Fabriqué à la main dans les Alpes

Si vous envisagez de vous offrir un vélo sur mesure, je vous recommande Cycles Cattin, tout près de Grenoble. Et nous sommes gâtés dans la région : un autre artisan cadreur s'est récemment installé à Grenoble, Edelbikes. Pas très loin, il y a aussi D.Guédon à Lyon, mais il devrait bientôt prendre sa retraite et cherche un successeur. Pour info, Cycles Cattin à Grenoble, et Grade9 à Chambéry, font des même des cadres titane ! Mais jusqu'à présent, je ne me suis offert du titane sur mesure que pour mes implants dentaires, c'est déjà pas mal €€€...

Un des cantonniers tadjiks du camion qui m'a fait passer le gué difficile à la sortie de Murgab Enfin, bien que cet atelier soit aussi capable de faire du bon travail, vous comprenez aisément qu'après cette expérience, je ne recommande pas Vagabonde Cycles !

Autour du cadre

A un "détail" près, j'ai été très classique : équipement simple et robuste, plus facile à entretenir dans les contrées où il n'y a pas de marché pour les vélos "hi-tec" à la mode.

  • cadre et porte-bagage acier : sans suspension, un bon cadre acier est plus confortable qu'un cadre alu, il amortit mieux les petites vibrations. J'ai un cadre acier Reynolds, porte-bagages Tubus Duo à l'avant et Tubus Cargo à l'arrière, et petite plate-forme porte-sacoche "de guidon" sur mesure. Les cadres lâchent rarement (je n'ai pas choisi les tubes Reynolds les plus légers), mais les fixations de porte-bagage sont des points faibles : j'étais contente de pouvoir faire ressouder ma fixation de porte-bagage dans un village du Pamir.

Etape à Alichur. Je suis contente d'avoir choisi un cadre acier Soins des petits bobos après Pamir : mon hernie discale chez le kiné, la fourche de mon vélo chez Cattin J'ai croisé dans le Pamir 2 cyclos, un Polonais et une Roumaine, moins chanceux avec leur VTT alu : en cas de rupture du porte-bagage avant, ils devaient tout porter à l'arrière (si possible), et en cas de rupture de l'arrière, ils finissaient leur voyage en camion ou en marshrutka... Ceci dit, de retour à Grenoble après mon voyage, j'ai offert un changement de fourche à mon vélo, car la fissure + dépannage par soudure à l'arc avaient certainement fragilisé la fourche d'origine.

  • pas de suspension. J'étais secouée sur piste, mais c'est plus léger en montée, et plus facile de bien fixer les porte-bagages.
  • roues 26 pouces : c'est souvent le seul diamètre disponible en Asie centrale. Et de toutes façons, des roues plus grandes seraient inadaptées à ma petite taille !
  • pédalier Spécialités TA, car ils ont plus de choix en longueur de manivelles : 155 à 180 mm (j'ai des 165)
  • des jantes solides. Je n'ai pas les plus solides du marché, mais je ne suis pas très lourde (66 kg après les fêtes de fin d'année, ou 56 kg à la sortie du Pamir). Elles ont tenu bon, sauf lors du retour en avion où ma roue arrière a été voilée : j'ai dû changer de jante pour éliminer les à-coups au freinage.
  • cintre "papillon" : il en existe 2 variantes, mais l'autre, "inversée", c'est-à-dire à ouverture vers l'avant, n'est pas compatible avec la poignée tournante Rohloff. J'ai donc un cintre papillon "classique" 53 cm
  • freins VTT V-brakes : facile d'acheter et changer les patins n'importe où (même si les patins bas de gamme freinent moins bien, ça dépanne). J'avais mis des patins à cartouche interchangeable, neufs au départ.

Seule exception hi-tec sur mon vélo : transmission Rohloff. Parce qu'un dérailleur, c'est fragile et très vulnérable aux chocs (j'en ai déjà plié un), en cas de chute ou lors des transports en soute ou sur galerie de toit. Sur la route du tunnel Anzob. Mon vélo est sanglé sur le toit.

  • Avantages du Rohloff : mécanisme abrité de la poussière et des chocs ; rayonnage arrière symétrique ; possibilité d'utiliser n'importe quelle chaîne, ligne de chaîne droite ; pas de ressort de rappel de câble (il y a 2 câbles, un pour monter et un pour descendre les vitesses), pas de poignée indexée (le mécanisme d'indexation est dans le moyeu). Et enfin, on peut passer les vitesses à l'arrêt, c'est bien pratique.
  • Inconvénients du Rohloff : le prix ; la poignée tournante d'origine n'est pas compatible avec tous les types de cintres ; un peu plus lourd qu'une transmission classique ; et je ne peux pas le réparer moi-même en cas de panne. Mais je ne suis pas sûre que je saurais réparer un dérailleur, il n'y a pas plus de Shimano Deore que de Rohloff en vente dans le Pamir, et je n'ai eu aucun problème avec Rohloff en environ 2 fois 15'000 km (j'ai maintenant 2 vélos équipés Rohloff, moyeux âgés de 4 et 5 ans à la date de rédaction de cette page).

Piste Kashan - Maranjab : j'aurais dû prendre un braquet plus court ?Je l'ai choisi avec un braquet court 38:17 (les détaillants proposent souvent 40:16 en première monte) : c'est un poil plus court qu'un 22:34 de VTT à dérailleurs classiques. Mon développement minimum est 1m29 par tour de pédale avec mes roues 26" (pneus 50-559). J'aurais même mis encore un peu plus court s'il y avait eu en stock avant mon départ, car je n'utilise quasiment jamais la vitesse 14, et je passe plus souvent la 1 que la 13. Attention quand même à ne pas descendre trop bas en rapport plateau/pignon, cela induirait des contraintes excessives sur le moyeu — voir données techniques Rohloff.

A propos de poignée tournante pour Rohloff : Gilles Berthoud en propose une plus passe-partout. J'ai testé sur mon autre vélo, qui a un cintre "papillon inversé" non compatible Rohloff. La poignée Berthoud est très bien sauf qu'elle devient dure par temps froid et se coince vers -10°C (bagues alu + pâte lubrifiante). Je n'ai donc pas monté cette poignée sur mon vélo de voyage, car j'avais en projet un petit tour en Sibérie. D'autres fabricants proposent différents modèles de poignées ou cintres compatibles Rohloff.


Autres infos sur mon équipement