Alborz central

Ali Gerayli : "Kija amirkelaie" (chant mazandarani)

Vue sur les gorges de Chalus et le lac de barrage inférieur

La route Chalus - Téhéran est une belle route, mais ce n'est pas un paradis pour cyclotouristes.

Marzanabad, dernier village avant les gorges de Chalus

Coin à pique-nique vers Marzan Abad

Il y a pas mal de circulation, et très peu de coins propices au bivouac en amont de Marzanabad, où malgré ma faible vitesse et mon départ pas très matinal, je suis arrivée trop tôt pour bivouaquer dans les prairies boisées.

A la sortie de Marzanabad

Plus haut dans les gorges, les seuls coins possibles pour camper étaient les terrasses de bistrots ou les parvis de mosquée au bord de la route.

Alborz central. Route Chalus - Téhéran

Pas génial, mais au moins j'avais des WC avec douchette (ah, ça, ça va me manquer en Asie centrale).

Route Chalus-Teheran, bivouac typique

La route serpente longuement (2600m de dénivelé) dans des gorges ou vallées encaissées. Le changement de végétation et de climat est moins marqué et plus progressif dans la province du Mazandaran qu'entre les provinces d'Ardabil et Gilan.

Alborz, descente sur Téhéran

Et j'ai eu beaucoup de chance : 4 jours sans pluie depuis ma descente froide et humide côté Gilan ! L'orage a gentiment attendu mon arrivée à Téhéran.

Annexes

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet