Ardabil

Ardabil, cheikh Safi-al-Din khanegah

Devanture à Sareyn, station thermale proche d'Ardabil Les pauses se suivent mais ne se ressemblent pas. Il y a peu de touristes étrangers à Ardabil et généralement ils ne font que passer. J'y suis restée plus longtemps que "prévu", juste parce que j'étais tellement bien chez mes hôtes...

Je n'ai pas seulement été nourrie, logée, blanchie. Le frère et le beau-frère de mon hôte m'ont gratifiée d'un petit concert privé le soir de mon arrivée, et nous avons beaucoup discuté.

J'ai passé des moments inoubliables avec eux, chez eux, chez leurs parents, à la station thermale de Sareyn (sources chaudes, sauna, hammam...), et le long de la route d'Heyran, entre Ardabil et la Caspienne.



Dang Show : "Halva", album Dang Show Room

Heyran. Vue plongeante sur la Caspienne.

Ils m'ont demandé de ne pas les citer, et de ne pas publier (et même d'effacer ou de planquer) mes photos permettant de les identifier, car pour héberger des étrangers, il faut théoriquement faire une déclaration préalable à la police. C'est tellement contraire à la tradition d'hospitalité des Iraniens qu'absolument personne ne respecte cette règle, mais mes hôtes font partie d'une catégorie plus surveillée que la moyenne de la population. Un grand merci à mes bienfaiteurs "anonymes"...

Ardabil. Abords du sanctuaire Cheikh Safi-al-Din

Ils changeaient de téléphone ou de carte SIM pour une partie de leurs communications. Je ne leur demandais pas pourquoi, je m'en doutais un peu. Avec une politesse toute persane, peu avant que je les quitte, mes hôtes se sont excusés de paraître "un peu paranoïaques", et m'ont expliqué qu'un de leurs proches était en prison depuis peu. "Simple" prisonnier politique ou accusé d'intelligence avec le Grand Satan, ils ne savaient pas précisément.

Une allée du bazar d'Ardabil, un jour férié (Sizda bedar).

Annexes

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet