Montée au-dessus de Langar : jonction Wakhan - Pamir

Gorges de la rivière Pamir en amont du confluent avec la rivière Wakhan Bartang : "Аз зу хебо"

En amont de Langar, on ne suit plus la rivière Pyandj mais une des rivières qui la forment, Pamir, et on abandonne l'autre, Wakhan.

Ça commence par grimper sec jusqu'à un balcon avec vue sur l'Afghanistan et sur les nuages gris quotidiens.

Piste Langar - Khargush. Bain de pieds pour deux-roues.

Le relief s'adoucit ensuite.

Derniers arbustes vers 3500m. Le vallon de la rivière Pamir devient moins encaissé à l'approche des hauts plateaux.

On remonte doucement la rivière Pamir en longeant un étroit ruban vert entouré de monts arides.

Rivière Pamir. La petite cabane de bergers sur la rive afghane est vide aujourd'hui.

Bivouac à 3700m dans un alpage désert une vingtaine de km avant le poste de garde-frontière de Khargush Puis on finit par s'en écarter pour une 2ème bonne grimpette en direction du col de Khargush (4344m, c'est "mon premier 4000" à vélo).

Montée de Khargush au col. La piste s'écarte de la rivière Pamir et du Petit Pamir afghan.

Pendant environ 130 km, les seules habitations sont 2 bâtiments de garde-frontière et quelques bicoques délabrées parfois utilisées en été comme abris par des bergers et leur troupeau (ça fleure bon le crottin).

Zora et sa petite sœur. Pour la photo, Zora a tenu à poser avec un cahier d'école. C'est ainsi qu'au réveil lors de mon dernier bivouac avant le col, à 4200m, j'ai eu la visite de Zora (15 ans) et sa petite sœur, 2 écolières promues gardiennes de troupeau pendant les vacances scolaires. Zora a tenu à porter ostensiblement son cahier d'école pour la photo.

Une gâterie : salade de tomate (au singulier) Conformément à la loi de Murphy, c'est ce tronçon quasi désert qu'ont choisi mes 3 briquets à 3 sous (je n'ai pas trouvé mieux après avoir perdu mon super briquet-torche en Iran) pour tomber en panne coup sur coup. Par chance, un couple de voyageurs hollandais en 4x4 m'avait donné une tomate, un concombre et une orange, un garde-frontière m'avait offert un pain au dernier poste de contrôle, et j'avais quelques consommables comestibles sans cuisson.

Damned, la fourche a commencé à se fissurer Et c'est aussi dans ce tronçon que j'ai remarqué la petite fissure qui s'agrandissait au niveau d'un œillet de fixation du porte-bagages avant. Sans doute un effet secondaire de la vis perdue dans une précédente descente qui secouait bien aussi.

Cairn juste avant le col de Khargush. Dernière vue sur le Pamir afghan.

La redescente vers la route M41 est assez aride.

Petit lac salé juste avant le col de Khargush