Darband, un quartier touristique au nord de Téhéran Tous les services auxquels j'ai affaire sont ouverts seulement le matin, et sont dispersés dans Téhéran, une ville où on perd pas mal de temps en transports. Et ils ne sont pas toujours très proches d'une station de métro. Je dois donc enchaîner les étapes l'une après l'autre, matin après matin, en attendant que l'administration N me rende mon passeport avec un tampon supplémentaire, pour le déposer à l'administration N+1. L'après-midi je peux buller, faire du tourisme et pondre des pages de blog.

Hijab normal Pour la première étape, la prolongation du visa iranien, mon hôte Delila m'a bien aidée. Elle m'a conduite au Ministére des Affaires Etrangéres qui nous a envoyées à la mauvaise adresse, puis à la bonne (voir mise à jour dans la page "Visas et permis : adresses"). Delila m'a menée rapidement au bon bureau puis aux bons guichets, dont le gars sur le trottoir qui vend 350 000 rials les coupons-reçus de 300 000 rials de la Melli Bank (soit 1,4€ de commission pour nous éviter de courir jusqu'à la banque je ne sais où), et le très folklorique guichet "photoshop".

Hijab-Photoshop En effet, à Téhéran, le chef du service exige des photos d'identité avec hijab pour les femmes. Mais pas de souci : à l'entrée de la salle d'attente, une fonctionnaire passe son temps à copier-coller des capuches-photoshop sur les photos d'identité normales avec son ordi + scanner, et les imprime pour la modique somme de 90 000 rials (2,6€) les 6 photos islamiquement correctes.

C'est nettement moins sexy que les écharpes élégamment portées aussi en arrière que possible qu'on voit dans les rues... Mais c'est rigolo. Ce qui est moins drôle, c'est qu'ils gardent mon passeport 48 h pour traiter mon dossier, alors que j'en ai besoin pour la suite (retrait de la lettre du consulat de France pour le consulat d'Ouzbékistan).

Elegante citadine iranienne

Ey Iran

Ce chant patriotique "Ey Iran", très populaire en Iran et dans la diaspora iranienne, aurait pu devenir l'hymne national iranien après la chute du Shah, mais les ayatollahs en ont décidé autrement. En voici une version rajeunie par un groupe italo-iranien (cliquer sur l'annexe si ça ne marche pas ci-dessous).

A Darband, site touristique de la banlieue nord de Téhéran > Dia & Imaan Faith : "Ey Iran"

... et une autre version que j'aime bien aussi, proposée par un des artistes que mon hôte Delila m'a fait découvrir : Ali Zand Vakili, qui interprète ce tube avec Mohammad Zand Vakili et un orchestre traditionnel iranien.

Zand Band : "Ey Iran"

Les variations s'inspirent du folklore de différentes régions d'Iran.

Les photos-souvenir au smartphone sont très populaires en Iran.